Histoire des Canadiens-français: Tome II par Benjamin Sulte

Histoire des Canadiens-français: Tome II par Benjamin Sulte

Titre de livre: Histoire des Canadiens-français: Tome II

Auteur: Benjamin Sulte

Broché: 393 pages

Date de sortie: January 13, 2018

Téléchargez ou lisez le livre Histoire des Canadiens-français: Tome II de Benjamin Sulte au format PDF et EPUB. Ici, vous pouvez télécharger gratuitement tous les livres au format PDF ou Epub. Utilisez le bouton disponible sur cette page pour télécharger ou lire un livre en ligne.

Benjamin Sulte avec Histoire des Canadiens-français: Tome II

L’année 1618 se passa en démarches et en requêtes. La moitié des marchands, ou bailleurs de fonds, étaient huguenots et voyaient avec déplaisir la détermination de Champlain d’introduire des catholiques dans la Nouvelle-France. Ils se montraient tout aussi hostiles aux projets de colonisation. Comment expliquer leur attitude de manière à satisfaire les écrivains protestants de nos jours qui ne cessent de se lamenter sur le prétendu absolutisme des amis de Champlain ? A-t-on jamais prouvé que les huguenots voulussent fonder ici une colonie digne du nom, c’est-à-dire permanente, stable, agricole, susceptible de se suffire à elle-même ? Nous avons, au contraire, cent témoignages qui démontrent leur opposition à tout ce qui ne tenait point immédiatement au commerce. Pourquoi donc méconnaître les faits ? Si on eût écouté les huguenots, le Canada ne se fût ni défriché ni peuplé.
Inutile de raconter les vicissitudes de la vie du courageux fondateur de Québec. Elles sont dans l’esprit de chacun. C’est une gloire de plus attachée à son œuvre. Une idée ne triomphe pas impunément. Champlain avait réussi à placer un établissement sur le fleuve du Canada ; mais dès l’heure où l’on vit qu’il était possible d’y entretenir un poste permanent, il fut trouvé à propos de lui créer des embarras. Le tout n’est pas d’avoir conçu un plan et de l’exécuter à l’encontre du vulgaire, il faut encore être capable de résister aux ouvriers de la onzième heure, qui, non-seulement réclament une part du succès, mais veulent se l’approprier exclusivement. Les marchands catholiques n’étaient, sous ce rapport, que très peu disposés à bien faire, et les protestants pas du tout.